Actualité Locale

Un plan B pour la N116

Publié le

Transports. Focus sur le projet d’aménagements concocté par les services de l’état pour la route de la montagne.

Certains élus, comme le sénateur Calvet, continuent à plaider en faveur de la mise à 2×2 voies de la RN116 entre Bouleternère et Prades. Pour les partisans du dédoublement, celui-ci serait nécessaire à la sécurisation de l’axe. Mais l’affaire semble mal engagée. Ce n’est rien de le dire. L’état a confirmé en 2017 que le projet, pourtant déclaré d’utilité publique en 2008, était abandonné en raison du surcoût mis en évidence lors des études de conception (300 millions d’euros au lieu des 180 millions initialement prévus). « 300 millions d’euros pour faire 20 km, c’est énorme, martèle la députée de la troisième circonscription, Laurence Gayte. La décision de ne pas proroger la déclaration d’utilité publique du projet a été prise en 2016, sous la présidence de François Hollande. Nous avons hérité d’une situation déjà figée. Plutôt que d’attendre un projet qui ne se fera pas, avançons ! »

  • « Traiter les points noirs »

Concrètement, les services de l’état envisagent désormais de se concentrer sur les points noirs en matière de sécurité. Leur nouveau projet consiste, entre autres, à réaliser une déviation afin de contourner le village de Marquixanes par le Nord (24,2 millions d’euros), ou encore à mettre en place des dénivellements (bretelles, passages souterrains ou ponts, au choix) pour sécuriser le passage à niveau de Bouleternère, ainsi que le carrefour permettant d’accéder à Vinça depuis Perpignan.

Le recalibrage du carrefour de Rodès et le réaménagement de ceux de Los Masos et de Finestret sont aussi dans les cartons. Au même titre que de nouveaux créneaux de dépassement entre Marquixanes et Prades. Si tout se passe comme prévu, l’ensemble de ces aménagements pourraient être terminés dès 2024. La Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) est en train de recruter un bureau d’étude pour définir précisément les travaux à effectuer et « fiabiliser les coûts, délais et modalités de réalisation ».

  • « 90 millions d’€ à la louche »

« Le coût prévisionnel de ce projet s’élève à 55 millions d’euros pour le tronçon compris entre Ille-sur-Têt et Prades, indique Laurence Gayte. La ministre des Transports m’a assuré que l’aménagement de la 116 allait entrer dans le schéma national de désenclavement. »

Au-delà de cette première phase de travaux, Laurence Gayte a également demandé une étude d’opportunité pour aménager la portion de la RN116 comprise entre Prades et Bourg-Madame. « Celle-ci se penchera sur les traversées de Saillagouse et de Villefranche-de-Conflent, la sécurisation des carrefours de la RD6 et la création de créneaux de dépassement sur les parties les plus dangereuses », détaille la député Gayte. Selon elle, le coût de l’ensemble des travaux entre Bouleternère et l’Andorre devrait s’élever à environ 90 millions d’euros. « À la louche », précise-t-elle.

=============

 Lauriane Josende : « Rien ne prouve que ce projet sera financé »

La suppléante du sénateur LR François Calvet, Lauriane Josende, émet de gros doutes quant à la faisabilité du projet alternatif : « On ne nous a présenté ce projet lors d’un comité sur la 116 qui s’est tenu à Prades, en octobre, après nous avoir annoncé l’abandon définitif de la mise à 2 x 2 voies entre Bouleternère et Prades. Sauf que le budget définitif n’est pas acquis. Les 30 millions d’euros nécessaires à la réalisation du contournement de Marquixanes sont prévus dans le contrat de plan état-Région, mais pas le reste. Personne n’a clairement évalué le coût total des travaux. On est dans le flou artistique le plus complet. Les chiffres jetés en pâture ne sont basés sur aucun élément tangible. Rien ne prouve que ces aménagements seront effectivement financés. De plus, au-delà de l’aspect financier, il y a l’aspect juridique. Pour l’instant, le contournement de Marquixanes n’a fait l’objet que d’une concertation. Il va falloir à nouveau passer par des procédures d’enquête publique et d’expropriations. Il y a des possibilités de recours. De tels contentieux peuvent durer dix ans. »

Forte de ces arguments, Lauriane Josende plaide pour le relancement du projet de mise à 2 x 2 voies entre Bouleternère et Ille-sur-Têt. « La déclaration d’utilité publique (DUP) du projet obtenue en 2008 présente l’avantage d’être purgée de tous recours, rappelle-t-elle. Prorogeons cette DUP et étalons les travaux sur plusieurs années. »

Un étalement qui faciliterait le financement du projet, que l’état a passé à la trappe à cause de son coût (300 millions d’euros).

Actualité Nationale

Rencontre avec une large délégation professionnelle du monde agricole

Publié le

Rencontre avec une large délégation professionnelle du monde agricole ce mercredi 07 février à l’Assemblée Nationale (Dirigeants : Chambre Régionale d’Agriculture d’Occitanie, Chambre d’Agriculture du Gers et de la Haute-Garonne, Jeunes Agriculteurs du Tarn, FRSEA Occitanie, FDSEA Tarn/Aude/Gers/Ariège/Aveyron/Tarn-et-Garonne/Lot)

Une délégation de représentants des exploitants agricoles d’Occitanie a rencontré les députés d’Occitanie hier. La délégation était venue exprimer les craintes des agriculteurs sur le projet européen de redécoupage des zones défavorisées simples (ZDS) qui doit rentrer en vigueur au printemps.

Cette future carte est appelée à remplacer au 1er janvier 2019 la carte actuelle, qui date de 1976. Elle détermine notamment le versement de l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) hors montagne. L’ICHN est une aide importante de la politique agricole commune, à laquelle est consacré aujourd’hui environ un milliard d’euros annuels.

J’ai écouté avec attention cette inquiétude et les échanges ont été nourris. Selon les dernières informations dont je dispose, la nouvelle carte ne devrait pas modifier les zones des Pyrénées-Orientales ; elle sera présentée vendredi, de façon précise et probablement définitive, aux représentants agricoles.

Actualité Locale

territoire, 2 tables, 240 habitants

Publié le

RURAL. Le thème « Abandon du haut pays, ça suffit » lancé par L’Agri samedi dernier, a fait réagir.

Il a semblé un moment que les 240 chaises de la salle des fêtes du village ne suffiraient pas tant l’affluence était importante. Les Conflentois, Capciriens et Cerdans se sont en effet déplacés en nombre pour assister, samedi après-midi, à la réunion publique organisée par le journal L’Agri des P.-O. et de l’Aude autour du thème « Abandon du haut pays, ça suffit ». Un sujet qui a suscité autant d’interventions (limitées chacune à 3 minutes) de la part des organisateurs, que des officiels*, chacun à une table, que du public avec qui le débat a été largement ouvert.

D’internet aux médecins

La notion de progrès sur un territoire que ses habitants jugent « oublié, abandonné voire méprisé » a été pour sa part très argumentée. « Couverture internet, de téléphonie mobile, des voies d’accès (dont la RN 116 et ses projets d’amélioration successifs faramineux), la ligne de chemin de fer, petits commerces de proximité, écoles communales menacées de fermeture suite aux suppressions de postes », sont les thématiques évoquées par les intervenants et le public. Il a aussi été question de « ce désert médical qui ronge nos campagnes et fait mentir toutes les statistiques avancées par l’Agence régionale de santé soit 1,22 médecin pour 1 000 habitants dans notre département, mais sans tenir compte des spécificités locales ». Avec pour conclusion unanime : « On peut penser et déplorer que notre territoire n’est ni considéré, ni correctement pris en charge par les pouvoirs publics ».

Haute définition, 4G, téléphonie…

Du côté des élus, en réponse à ce cri du cœur doublé d’un coup de gueule, il a été rappelé que concernant les zones blanches (ZB) le gouvernement avait signé « un accord historique avec les trois principaux opérateurs de téléphonie qui se sont engagés à ce que toutes les ZB soient supprimées d’ici 2022 », a rappelé la députée Laurence Gayte. « Que la généralisation de haute définition et de la 4 G se mettait en place », soulignait Laurent Alaton, le sous-préfet. En revanche leurs arguments sont apparus moins convaincants au public, concernant l’offre de soins en milieu rural, la téléphonie mobile de plus en plus déficiente ou le dossier RN 116 « lien vital de cette parcelle du département à la civilisation, a écrit l’éditorialiste Jean-Marc Majeau, qui s’éternise ».

*Autour de Manuel Ruperez, le président de L’Agri, se trouvaient le rédacteur en chef Jean-Paul Pelras, la journaliste Fanny Linares, Jean-Pierre Sanson, président de la Fédération de chasse 66, Robert Massuet, président de l’Union professionnelle (UP) des artisans et David Montagne, agriculteur. Concernant les officiels étaient présents Laurence Gayte, députée de la 3e circonscription, Judith Carmona, conseillère régionale, le sous-préfet Laurent Alaton, le maire de Corneilla-de-Conflent, Patrice Arro, Hermeline Malherbe, présidente du conseil départemental, Laurence Josende, sénatrice suppléante de François Calvet (excusé) et Jean Sol, sénateur.

Sources : Journal L’Indépendant

Actualité Locale

Un rassemblement qui devrait être fédérateur

Publié le

Vœux. Des personnalités diverses ont répondu présent.

Lors du discours prononcé à l’occasion de la présentation des vœux à la population le vendredi 12 janvier, le maire, Jean-Luc Obrecht a dressé le bilan de l’année écoulée. Accompagné de son conseil, il a fait le tour d’horizon des travaux menés sur la commune et a exposé en outre à la population les perspectives et les projets impulsés en cette nouvelle année. L’assistance comptait de nombreuses personnalités politiques locales dont Laurence Gayte, députée de la 3e circonscription, Lauriane Josende, la suppléante du sénateur F. Calvet, Robert Olive, résident de la communauté de communes Roussillon-Conflent et de nombreux élus locaux.

Au terme de son allocution, le maire a invité ces personnalités politiques à prendre respectivement la parole. C’est ainsi que Lauriane Josende a souligné son soutien et son engagement pour le territoire afin de dégager une vision d’avenir pour le développement du département. Un territoire riche avec un potentiel d’énergies et d’initiatives qui sont à exploiter pour les années à venir. Par la suite, Laurence Gayte s’est exprimée en pointant le rôle du député « qui a pour mission d’œuvrer dans le but de faire aboutir les projets de notre département en les défendant au niveau national ». Le président de la communauté de communes a assuré toute sa solidarité aux habitants du village pour travailler conjointement en harmonie avec le maire de façon active et efficace. Par ailleurs, il a accepté, suite à la proposition de Jean-Luc Obrecht, de dépasser les clivages politiques pour impulser une nouvelle dynamique intercommunale et créer une synergie positive en faveur de la prospérité du territoire.

Sources : Journal L’Independant

Actualité Locale

Campus Mailly: l’université est officiellement de retour en centre-ville de Perpignan!

Publié le

Ce vendredi après-midi, l’université Via Domitia a officiellement pris possession de ses nouveaux bâtiments dans le campus Mailly au coeur historique du centre-ville de Perpignan.

Un projet ancien qui a enfin vu sa concrétisation ce vendredi 24 novembre avec l’inauguration officielle qui a réuni, autour du président de l’université Fabrice Lorente, le préfet Philippe Vignes, le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, la présidente de la Région, Carole Delga, la présidente du Département des Pyrénées-Orien

tales, Hermeline Malherbe et trois députés sur quatre, ceux des 1re, 3e et 4e circonscriptions des P.-O.: Romain Grau, Laurence Gayte et Sébastien Cazenove.

Les étudiants, eux, sont attendus dès lundi dans leur université.

Sources : Journal L’indépendant

Actualité Locale

Laurence Gayte face aux élus aux Angles

Publié le

Plusieurs dossiers ont été évoqués avec la députée.

La députée Laurence Gayte était invitée à une présentation de l’intercommunalité Pyrénées-catalanes. C’était l’occasion pour les élus, de lui soumettre les difficultés actuelles ou à venir. Le président, Jean-Louis Demelin a dressé un portrait de l’intercommunalité, et les maires, celui de leur commune. « Nous sommes 6 000 habitants permanents et 20 000 en comptant les habitants DGF dans l’intercommunalité la plus haute du département.»

Le premier point abordé était le classement des habitants DGF (résidences secondaires). « Le calcul est d’un habitant par résidence secondaire. Dans les instances montagnardes françaises et notamment l’Association des maires de montagne, nous aimerions passer à deux habitants, pouvant ainsi nous assurer une dotation plus importante. » La particularité du territoire est la montagne et la neige «et qui dit neige, dit station de sport d’hiver. Nous sommes certainement l’intercommunalité à avoir le plus de stations, en ski de descente ou nordique. » Les élus n’ont pas manqué de rappeler que les stations de ski qui font battre le cœur du territoire «ont envie d’investir mais ne le peuvent pas. Il n’y a nul soutien des instances supérieures, par exemple pour le projet du grand domaine. »

Inquiétude sur les compétences à venir

« J’aurai toutefois la possibilité de dégager des financements pour les projets structurants importants sur les zones de montagne et les associations culturelles. Il faut faire des lois adaptées à un territoire, le mien est un des plus grands de France avec des problématiques liée à la montagne importantes. Mon objectif est de venir deux fois l’an à la rencontre des maires, recueillir les problématiques et de faire des permanences mobiles », a précisé Laurence Gayte. Le problème de la RN116 a été évoqué avec la montée jusqu’au haut plateau et l’Andorre. « Il est prévu des voies de dépassement tous les 6 km», a signalé la députée. « Le point qui nous tourmente, c’est la compétence eau et assainissement, obligatoire en 2020. Chaque commune ici a sa propre source. Il faut que la gestion de l’eau reste communale. » La députée a reconnu que la gestion intercommunale convient à la plaine mais pas en montagne, le texte ayant été renvoyé en commission. « Quant au Gemapi, l’intercommunalité a l’intention de ne pas adhérer à un syndicat de bassin ou à une échelle départementale, étant sur trois bassins versants. » La députée a indiqué que le dossier serait retravaillé. La baisse des dotations de l’État « est une baisse au détriment de l’économie et de l’outil touristique. Pire, l’intercommunalité donne 1,8 M € chaque année au FNGIR, c’est de l’évasion. Quant à la taxe d’habitation, est-ce que les résidences secondaires seront exonérées d’impôt ? » Le dernier point concernait l’agriculture de montagne, « il faut tenir compte du travail des agriculteurs et le service rendu sera valorisé», a conclu la députée.

Sources : Journal l’Indépendant

Actualité Locale

Laurence Gayte visite le chantier en présence de l’architecte Jean-Guy Gotanègre et de Jacques Arevalo, directeur territorial.

Publié le

Laurence Gayte de la 3e circonscription des Pyrénées-Orientales a répondu à l’invitation de l’Alefpa (Association laïque pour l’éducation, la formation, la prévention et l’autonomie) afin de visiter le site d’Osséja. Cette rencontre a été l’occasion de présenter les différents établissements médico-sociaux et sociaux de l’Alefpa du site d’Osséja, de Vernet-les-Bains, d’Ille-sur-Têt qui accueillent enfants et adultes en situation de handicap mental ou social (aujourd’hui plus de 360 bénéficiaires pour plus de 300 salariés) mais aussi d’évoquer les projets à venir (intégration d’un établissement d’aide au travail

dans la région de Toulouse). Les activités du Pôle pédiatrique de Cerdagne (établissements de Font-Romeu, Bourg-Madame et Osséja), son projet de filière pédiatrique transfrontalière avec l’hôpital de Cerdagne, l’ouverture début 2018 d’un hôpital à temps partiel à Perpignan en collaboration avec le centre hospitalier de Perpignan ont été mis en exergue.

Inauguration en 2019

Les échanges autour des différentes prises en charge proposées via plusieurs pôles médicaux spécialisés (pôle pneumo allergologie, pôle nutritionnel et métabolique, pôle trouble de l’attention et pôle maladies rares comme le syndrome Prader Willi et l’hémophilie) ont été riches. La députée a suivi avec attention la visite du chantier du nouveau bâtiment. Après la visite des lieux, la problématique de la destruction du bâtiment actuel de la Perle Cerdane a été abordée. Laurence Gayte a souligné l’importance de ces projets et a promis de suivre avec intérêt leur évolution. Elle a d’ores et déjà pris rendez-vous pour l’inauguration du site en 2019.

Information : http://pediatrie-occitanie.alefpa.asso.fr

Sources : Journal L’Indépendant

Non classé

Séances publiques

Publié le
15 heures –  1er séance publique
1. Questions au Gouvernement.
2. Suite de la discussion du projet de loi, adopté par le Sénat après engagement de la procédure accélérée, renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (no 104 et n° 164). – voir le dossier
Rapport (164) de M. Raphaël Gauvain, au nom de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République.
Avis (161) de M. Guillaume Gouffier-Cha, au nom de la commission de la défense nationale et des forces armées.
       21 h 30 – 2eme séance publique
Suite de l’ordre du jour de la première séance.