Presse

Territoire, 2 tables, 240 habitants

Le thème « Abandon du haut pays, ça suffit » lancé par L’Agri samedi dernier, a fait réagir.

Sources : Journal L’Indépendant

Il a semblé un moment que les 240 chaises de la salle des fêtes du village ne suffiraient pas tant l’affluence était importante. Les Conflentois, Capciriens et Cerdans se sont en effet déplacés en nombre pour assister, samedi après-midi, à la réunion publique organisée par le journal L’Agri des P.-O. et de l’Aude autour du thème « Abandon du haut pays, ça suffit ». Un sujet qui a suscité autant d’interventions (limitées chacune à 3 minutes) de la part des organisateurs, que des officiels*, chacun à une table, que du public avec qui le débat a été largement ouvert.

D’internet aux médecins

La notion de progrès sur un territoire que ses habitants jugent « oublié, abandonné voire méprisé » a été pour sa part très argumentée. « Couverture internet, de téléphonie mobile, des voies d’accès (dont la RN 116 et ses projets d’amélioration successifs faramineux), la ligne de chemin de fer, petits commerces de proximité, écoles communales menacées de fermeture suite aux suppressions de postes », sont les thématiques évoquées par les intervenants et le public. Il a aussi été question de « ce désert médical qui ronge nos campagnes et fait mentir toutes les statistiques avancées par l’Agence régionale de santé soit 1,22 médecin pour 1 000 habitants dans notre département, mais sans tenir compte des spécificités locales ». Avec pour conclusion unanime : « On peut penser et déplorer que notre territoire n’est ni considéré, ni correctement pris en charge par les pouvoirs publics ».

Haute définition, 4G, téléphonie…

Du côté des élus, en réponse à ce cri du cœur doublé d’un coup de gueule, il a été rappelé que concernant les zones blanches (ZB) le gouvernement avait signé « un accord historique avec les trois principaux opérateurs de téléphonie qui se sont engagés à ce que toutes les ZB soient supprimées d’ici 2022 », a rappelé la députée Laurence Gayte. « Que la généralisation de haute définition et de la 4 G se mettait en place », soulignait Laurent Alaton, le sous-préfet. En revanche leurs arguments sont apparus moins convaincants au public, concernant l’offre de soins en milieu rural, la téléphonie mobile de plus en plus déficiente ou le dossier RN 116 « lien vital de cette parcelle du département à la civilisation, a écrit l’éditorialiste Jean-Marc Majeau, qui s’éternise ».

*Autour de Manuel Ruperez, le président de L’Agri, se trouvaient le rédacteur en chef Jean-Paul Pelras, la journaliste Fanny Linares, Jean-Pierre Sanson, président de la Fédération de chasse 66, Robert Massuet, président de l’Union professionnelle (UP) des artisans et David Montagne, agriculteur. Concernant les officiels étaient présents Laurence Gayte, députée de la 3e circonscription, Judith Carmona, conseillère régionale, le sous-préfet Laurent Alaton, le maire de Corneilla-de-Conflent, Patrice Arro, Hermeline Malherbe, présidente du conseil départemental, Laurence Josende, sénatrice suppléante de François Calvet (excusé) et Jean Sol, sénateur.