Presse

Un plan B pour la N116

Transports. Focus sur le projet d’aménagements concocté par les services de l’état pour la route de la montagne.

Certains élus, comme le sénateur Calvet, continuent à plaider en faveur de la mise à 2×2 voies de la RN116 entre Bouleternère et Prades. Pour les partisans du dédoublement, celui-ci serait nécessaire à la sécurisation de l’axe. Mais l’affaire semble mal engagée. Ce n’est rien de le dire. L’état a confirmé en 2017 que le projet, pourtant déclaré d’utilité publique en 2008, était abandonné en raison du surcoût mis en évidence lors des études de conception (300 millions d’euros au lieu des 180 millions initialement prévus). « 300 millions d’euros pour faire 20 km, c’est énorme, martèle la députée de la troisième circonscription, Laurence Gayte. La décision de ne pas proroger la déclaration d’utilité publique du projet a été prise en 2016, sous la présidence de François Hollande. Nous avons hérité d’une situation déjà figée. Plutôt que d’attendre un projet qui ne se fera pas, avançons ! »

  • « Traiter les points noirs »

Concrètement, les services de l’état envisagent désormais de se concentrer sur les points noirs en matière de sécurité. Leur nouveau projet consiste, entre autres, à réaliser une déviation afin de contourner le village de Marquixanes par le Nord (24,2 millions d’euros), ou encore à mettre en place des dénivellements (bretelles, passages souterrains ou ponts, au choix) pour sécuriser le passage à niveau de Bouleternère, ainsi que le carrefour permettant d’accéder à Vinça depuis Perpignan.

Le recalibrage du carrefour de Rodès et le réaménagement de ceux de Los Masos et de Finestret sont aussi dans les cartons. Au même titre que de nouveaux créneaux de dépassement entre Marquixanes et Prades. Si tout se passe comme prévu, l’ensemble de ces aménagements pourraient être terminés dès 2024. La Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) est en train de recruter un bureau d’étude pour définir précisément les travaux à effectuer et « fiabiliser les coûts, délais et modalités de réalisation ».

  • « 90 millions d’€ à la louche »

« Le coût prévisionnel de ce projet s’élève à 55 millions d’euros pour le tronçon compris entre Ille-sur-Têt et Prades, indique Laurence Gayte. La ministre des Transports m’a assuré que l’aménagement de la 116 allait entrer dans le schéma national de désenclavement. »

Au-delà de cette première phase de travaux, Laurence Gayte a également demandé une étude d’opportunité pour aménager la portion de la RN116 comprise entre Prades et Bourg-Madame. « Celle-ci se penchera sur les traversées de Saillagouse et de Villefranche-de-Conflent, la sécurisation des carrefours de la RD6 et la création de créneaux de dépassement sur les parties les plus dangereuses », détaille la député Gayte. Selon elle, le coût de l’ensemble des travaux entre Bouleternère et l’Andorre devrait s’élever à environ 90 millions d’euros. « À la louche », précise-t-elle.