Actualité LocaleActualité Nationale

Visite de la cantine du Collège Jules Verne – Le Soler

Quand la loi EGAlim s’invite à la Semaine du Goût

Dans le cadre de la loi EGAlim et à l’occasion de la Semaine du goût, Madame la Députée, Laurence Gayte a souhaité se rendre dans un établissement scolaire de sa circonscription.
Afin de prendre connaissance des initiatives locales en matière de restauration, c’est donc au Collège Jules Verne du Soler qu’elle a rencontré, le 12 octobre dernier, la direction, le personnel, ainsi que les parents d’élèves délégués.
C’est donc avec un grand plaisir qu’elle a partagé le déjeuner bio avec toutes les personnes associées à cette visite et bien-sûr … les collégiens !

Mme Tello, chef d’établissement a souligné le remarquable travail collectif entre l’équipe de direction, l’équipe pédagogique et les enfants sur le projet pédagogique sur le développement durable. (Exemple d’actions menées : art recycling, nettoyage de plage…).

Mesures anti-gaspillage à la cantine :
• Plat proposé en demi-portion
• Pain prétranché au lieu d’un pain entier
• « Salade bar » proposé 2 fois par semaine (composition au goût de l’élève)
• Sensibilisation des élèves par le tri des déchets. Certains collégiens ont un rôle d’ambassadeurs, relais d’idées entre les élèves et la direction

Résultats en 2 ans : les déchets sont passés de 50 % à 36 %.
Chiffres clé : le Bio représente actuellement 15% des produits alimentaires proposés.

L’alimentation reste un sujet important de préoccupation des Français, avec des attentes plus fortes des consommateurs.

Avec 72 000 établissements, et 3 milliards de repas servis chaque année en France, la restauration collective demeure un levier puissant de cette transition agricole et de l’éducation à l’alimentation des jeunes générations, notamment dans le cadre de la restauration scolaire.

L’une des mesures phares du texte, l’article 11, fixe l’objectif de 50% de produits de qualité dont 20% de produits bio dans la restauration collective – cantines scolaires, hôpitaux, crèches – d’ici 2022.

Afin d’atteindre ces objectifs, le Premier ministre a annoncé le lancement d’une concertation avec les élus locaux et les opérateurs de la restauration collective. Par ailleurs, plusieurs mesures issues de la feuille de route des Etats généraux de l’alimentation permettront de mieux accompagner les acteurs de la restauration collective, notamment avec l’objectif d’élaboration de 500 projets alimentaires territoriaux d’ici 2020.