80 km/h : ça vaut le coup d’essayer  

Publié le

Le plan présenté le 9 janvier dernier par le Premier ministre pour réduire le nombre et la gravité des accidents de la route suscite de nombreuses réactions. Motivé par l’aggravation inquiétante du nombre de victimes, ce plan prévoit plusieurs mesures pour lutter notamment contre l’alcool, la drogue et le téléphone au volant, mais celle qui retient l’attent
ion des usagers, et cristallise toutes les critiques, c’est la baisse à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée. Cette diminution concerne les routes à double sens, qu’elles soient nationales ou départementales, et qui ne sont pas équipées de séparateur central. 55% des accidents mortels ont lieu en effet sur les 400 000 kilomètres du réseau secondaire. En comparaison, les deux fois deux voies, avec ou sans séparateur central, sont beaucoup moins accidentogènes.