Mardi 1er juin dans l’hémicycle, je posais une QAG à Madame Emmanuelle Wargon, ministre en charge du logement, sur l’avancée et la suite du dispositif.
Faisant suite à sa rencontre le 20 mai 2021 avec un couple de ma circonscription ayant bénéficié du dispositif.
” Madame la Ministre,
Depuis son lancement, le 1er janvier 2020, « MaPrimeRénov’ » connaît un fort succès auprès des Françaises et des Français. Accessible à tous les propriétaires, qu’ils soient occupants ou bailleurs, ainsi qu’aux copropriétaires pour des travaux dans les parties communes, ce dispositif vise à supprimer les « logements les plus énergivores ». Ainsi, près de 280 000 dossiers « MaPrimeRénov’ » ont été déposés depuis le début de l’année. C’est plus de la moitié de l’objectif fixé pour 2021 (500 000).
Le 20 mai dernier, vous êtes allée à la rencontre d’un couple de ma circonscription, dans les Pyrénées-Orientales, qui a pu bénéficier du dispositif « MaPrimRenov’ » et est très satisfait du gain d’énergie de 45% qu’ils ont pu faire grâce à la prise en charge significative de l’Etat. Une enquête de satisfaction, réalisée par IPSOS auprès des bénéficiaires, montre que 88% d’entre eux sont satisfaits à plus d’un titre : au niveau des délais de traitement des dossiers pour 82% et pour le montant de l’aide accordée à 87%. Surtout, cette enquête confirme l’utilité de « MaPrimeRénov’ » pour accélérer la rénovation énergétique des logements en France, et ainsi réussir la transition écologique de notre pays, puisque 69% de ménages n’auraient pas entrepris de travaux sans cette aide.
Cumulable avec le dispositif de certificats d’économie d’énergie (CEE), « MaPrimeRénov’ » peut couvrir jusqu’à 90% du montant des travaux pour les foyers les plus modestes. Les travaux éligibles concernent le plus souvent le changement du système de chauffage, l’installation d’une ventilation ou l’isolation du logement.
Pour obtenir des conseils gratuits, un numéro de téléphone et un site internet sont à la disposition des Français pour les informer et les guider dans leurs parcours de rénovation, dans le cadre du réseau Faire.
Pourriez-vous m’indiquer l’avancée du déploiement et les perspectives d’avenir de ce dispositif ?
Je vous remercie.”
Castex CREPS CNEA

J’étais présente aujourd’hui à l’inauguration de la piste d’athlétisme Colette Besson à Font Romeu et du bâtiment d’accueil de Centre d’entrainement.

En présence du Premier ministre Jean Castex, de la ministre des sports Roxana Maracineanu, ainsi que nombreux élus dont mon collègue député Sébastien Cazenove, de la famille de Colette Besson, du directeur général du Creps Font Romeu /Montpellier, du directeur du site de Font Romeu Antoine Le-Bellec, du président du CREPS de Montpellier Paul Charlemagne , de la rectrice de l’Occitanie et M. Giraud, président de la FFA.

Le Premier ministre annonce une enveloppe de 45 millions d’euros pour le projet très ambitieux de la remise en état du Cnea Font Romeu pour en faire un centre à “la pointe” des centres d’entraînements internationaux et de haute performance, dans la perspective des Jeux olympiques de 2024.

Madame la Ministre Déléguée au Logement était présente aujourd’hui dans notre département et notamment sur ma circonscription pour mesurer l’impact de la politique du logement du Gouvernement

Dans le cadre de mes fonctions de députée et notamment du contrôle de l’action du Gouvernement, j’étais présente à cette visite de logement, aux côtés notamment de Monsieur le Préfet, Monsieur le Maire de Saint-Estève et Président de la Communauté d’Agglomération, Monsieur le représentant de la Région Occitanie.

En toute simplicité, Madame Emmanuelle WARGON s’est rendue au domicile de M. et Mme NEDELEC domiciliés à Saint-Estève qui ont pu bénéficier du dispositif MaPrimRénov’.
Leur logement a ainsi pu bénéficier des incitations de l’Etat pour une rénovation énergétique.
L’ensemble des travaux, comprenant, entre autres, un poêle d’un montant de 3.800€, s’est monté à 15.400€ remboursés par l’Etat via MAPRIMRENOV’ à hauteur de 12.970€. Déduction faite des diverses aides, le reste à charge pour les bénéficiaires est actuellement de 700€ en attendant le versement éventuel de l’ECO CHEQUE de la Région (il se fait attendre)…
Les bénéficiaires ont été particulièrement satisfaits du versement rapide de la prime de l’Etat.

Lancée le 1er janvier 2020, MaPrimeRénov’ remplace le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et les aides de l’Agence nationale de l’Habitat (Anah) « Habiter mieux agilité ». Dans le cadre du Plan de relance de l’économie, le dispositif a été renforcé depuis le 1er octobre 2020.

Lancement et présentation du projet de rénovation du bâtiment d’hébergement de l’aérodrome

Le maire de la commune, Jean-Pierre Astruch et l’Association Aéronautique La Llagonne nous accueillaient pour poser la première pierre symbolique à la rénovation du bâtiment de l’aérodrome.

Un projet ambitieux et vertueux basé sur le Zéro énergie, qui a rassemblé moult partenaires, publics et privés dont l’Etat dans le cadre du Plan de Relance à hauteur de 42000€.

Henri Castanet, pilote, instructeur et instigateur du projet, a souligné le double impact : insertion professionnelle des jeunes et accès à l’aéronautique pour tous.

A l’issue de l’inauguration, j’ai pu rencontré les élus et les commerçants de La Llagonne. Hôteliers, professionnels du tourisme, transporteur, agriculteur. Nous avons fait un point sur leurs situations, difficultés et ressentis.

Mes remerciements à Monsieur le maire et à ses adjoints.

Visite du Premier Ministre auprès des agriculteurs de Vinça et Eus – suite aux annonces gouvernementales
Rencontre avec les arboriculteurs des Pyrénées Orientales victimes du gel sur le territoire du Conflent.
Le Premier ministre a annoncé la création d’un « fonds de solidarité exceptionnel » de 1 milliard d’euros pour les agriculteurs victimes de cet épisode.

Les députés du groupe d’étude « vigne, vin, œnologie» de l’Assemblée nationale sont aux côtés des agriculteurs pour faire face à ce nouvel épisode climatique désastreux.

 

Au lendemain de l’allocution présidentielle (novembre 2020), de nombreux organismes se sont rassemblés pour adresser une tribune au Président, Emmanuel Macron, l’incitant à autoriser l’ouverture des stations. Cette tribune a été signée par de nombreux élus dont les élus de la Montagne (ANEM), association à laquelle j’appartiens et qui demande que l’économie du ski puisse fonctionner dès les vacances de Noël.
#cethiverjeskie

Suite à mes différentes démarches appelant à la réouverture des remontées mécaniques, je viens de recevoir la réponse écrite de Monsieur Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat chargé du Tourisme. Concertations et rencontres sont menées depuis la fin novembre. Et des mesures de soutien annoncées : fonds de solidarité pour les commerces, les exploitants de remontées mécaniques et moniteurs de ski. Les autres activités touristiques et hôtelières bénéficient d’une intégration au Plan Tourisme.

Dans un contexte sanitaire exceptionnellement difficile, les Français et les citoyens du monde souffrent depuis un an d’une situation inattendue, préoccupante et déconcertante.

A l’aube de cette nouvelle année, laissons 2020 derrière nous, et regardons l’avenir ! 2021 sera l’année de la guérison, de l’espoir et de la relance. Vous pouvez compter sur ma mobilisation pour renouer avec la dynamique initiée avant la crise.

Je souhaite que tous, citoyens, collectivités, entreprises, et services publics, nous nous rassemblions dans cet objectif commun.

Plus que jamais engagée à vos côtés,

Laurence Gayte

Chers concitoyens,

40 mois se sont écoulés depuis que j’ai été élue députée de la 3ème circonscription des Pyrénées-Orientales. J’ai conduit mon mandat avec fierté et détermination pour l’amélioration de votre vie quotidienne et pour la prise en compte de notre territoire.

40 mois marqués par des crises successives et par des catastrophes qui nous ont personnellement marqué comme l’accident de Millas ou la tempête Gloria. Ces épreuves nous ont permis de nous rassembler derrière des objectifs communs et de redéfinir nos priorités.

40 mois de travail assidu à l’Assemblée nationale pour élaborer et voter les lois, et aussi, en circonscription, auprès de vous, pour la vérification de leur bonne mise en œuvre sur le territoire. Beaucoup de rencontres et d’échanges avec les citoyens, les élus, les entreprises et les associations ont enrichi et nourri ma connaissance de l’impact des lois localement et m’ont permis de remonter au Gouvernement les réalités de terrain.

Cette synthèse présente mon travail législatif à l’Assemblée nationale, les missions qui m’ont été confiées par le Parlement et par le Gouvernement ainsi que mes principales actions sur la circonscription.

Depuis 2017 beaucoup de chemin a été parcouru au niveau national avec des avancées notoires tant au niveau économique que social (sources INSEE 2020) :

  • Augmentation du pouvoir d’achat avec un gain moyen de 590 euros pour les 80% de ménages qui ne paient plus la taxe d’habitation.
  • Plus de 500 000 emplois crées depuis le début du quinquennat. Taux de chômage à 8,5% (deuxième trimestre 2019), soit le plus bas niveau depuis 2009.
  • 15 milliards d’euros investis sur l’apprentissage sur 5 ans.
  • Augmentation moyenne de 1% du niveau de vie des ménages soit un gain de 250 euros en moyenne par personne.
  • Baisse du taux de pauvreté de 0,7 % grâce à des mesures de pouvoir d’achat comme la revalorisation de la prime d’activité.
  • Augmentation de l’allocation de solidarité pour personnes âgées à 903 euros.

Avec les mesures d’urgence : prêt garanti par l’Etat, fonds de solidarité, dispositif d’activité partielle… Nous avons mis tout en œuvre pour protéger les entreprises et les salariés. Avec le plan de relance, nous nous engageons à renouer avec la dynamique de transformation de la France que nous avons initiée avant la crise et de construire la France de demain. Ce plan doit irriguer tous les territoires. Vous pouvez me faire confiance pour que notre département en soit largement bénéficiaire.

Je reste plus que jamais engagée à vos côtés

Laurence Gayte

Téléchargez le document de présentation du bilan de mi-mandat ici

Suite à mon entretien en visioconférence le 3 novembre dernier avec Madame Magalie Filhue, directrice de la Fédération française des spiritueux, j’ai interpellé le Gouvernement sur l’avenir du spiritourisme par l’intermédiaire d’une question écrite.

Les questions écrites sont une prérogative individuelle des députés qui peuvent ainsi interroger un ministre ou un secrétaire d’Etat à tout moment. Elles permettent de demander au Gouvernement et à l’administration de se positionner ouvertement sur un sujet de politique publique.

Retrouvez l’ensemble des questions écrites que j’ai déposées sur ma fiche de l’Assemblée nationale http://www2.assemblee-nationale.fr/dep…/fiche/OMC_PA720806

Question N° 34043 de Mme Laurence Gayte
Ministère interrogé > Tourisme, Français de l’étranger et francophonie
Question publiée au JO le : 17/11/2020

Mme Laurence Gayte appelle l’attention de M. le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la francophonie, concernant les difficultés des filières viticoles, brassicoles, ainsi que celle des spiritueux en France. Le premier confinement, en raison de la fermeture des bars et des restaurants, avait déjà fortement mis à mal ces filières qui sont de véritables vitrines de la France, et ce dans un contexte international tout aussi difficile à cause du Brexit, d’une part, et des relations commerciales tendues avec les Etats-Unis, d’autre part. Le nouveau confinement est un coup rude porté à ces filières qui, pour certains de leurs acteurs, voient même leur survie remise en question. Depuis plusieurs années déjà, ces trois filières ont déjà entamé leurs diversifications en mettant en valeur leur savoir-faire grâce au développement d’un tourisme de savoir-faire tels que l’œnotourisme et le spiritourisme. Cette diversification est aujourd’hui plus que jamais une nécessité et une opportunité afin de permettre aux différentes filières d’accroître leurs revenus. Dans le cadre du groupe d’études vigne, vin et œnologie de l’Assemblée nationale, Mme la députée a pu auditionner le PDG de la Chartreuse, M. Emmanuel Delafon, qui fait part de ses énormes difficultés face aux règlementations contraignantes et de l’impossibilité concrète de maintenir un site de tourisme vivant (visite d’un site de production en activité). En effet, les normes complexifient souvent la promotion d’un savoir-faire ancestral auprès du plus grand nombre et peuvent représenter un frein pour les investissements. Dans quelle mesure serait-il possible de promouvoir le spiritourisme et de faciliter les démarches de ce secteur d’activité très dynamique, qui a de belles perspectives de développement ? Par ailleurs, alors qu’elles peuvent s’enorgueillir de près de deux millions de visites chaque année, les entreprises de cette filière ont un code APE qui ne leur permet pas d’obtenir les aides destinées au secteur du tourisme. Elle lui demande s’il ne serait pas possible de les y rattacher afin qu’elles puissent en bénéficier.